PLANETE CUISINE

Encyclopédie Culinaire et Gastronomique

Les labels alimentaires

Les labels alimentaires

Il existe à l’heure actuelle un grand nombre de labels qui sont censés être les garants de qualité pour les produits qui en bénéficient.

Quels sont-ils, qui les décernent, selon quels critères ?

Quels sont ceux qui émanent d’organismes publics et ceux qui viennent d’opérateurs privés ?

Grâce à ces labels, il est donc possible pour les consommateurs d’avoir des informations sur la qualité des produits qu’ils achètent. Mais il est souvent complexe de s’y retrouver et tous ne sont pas un réel gage de qualités inhérentes aux produits qui en sont porteurs.

On trouve deux sortes de labels ou logos, ceux officiels, émanant des pouvoirs publics, français ou européens et ceux issus d'organismes privés. 

Des textes réglementaires définissent la qualité minimale d’un produit ayant vocation de bénéficier des labels officiels. Ils sont régis par un règlement européen concernant l’étiquetage des denrées alimentaires, par des règlements ou directives européennes pris dans le cadre de la Politique Agricole Commune (fruits et légumes, vins, volailles, spiritueux, produits de la pêche, œufs, chocolat, miel, confitures....), par des décrets nationaux (fromages, conserves, meubles, textiles, etc.) et des codes d’usages (charcuteries, nougats, etc.).

Délivrés par les pouvoirs publics, la bonne utilisation des labels et l’utilisation des logos et signes les caractérisant est garantie par les organismes de contrôle et les cahiers des charges mis en place par leurs soins, l’INAO (Institut National de l’Origine et de la Qualité) et le COFRAC (Comité Français d’Accréditation ) qui agrée les organismes de contrôle dans le domaine alimentaire, la DGCCRF (Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes)  qui exerce à la fois un contrôle sur les organismes certificateurs pour s’assurer de la qualité et de la réalité de leur prestation (compétence, impartialité, efficacité) et sur les produits pour vérifier leur conformité aux règles qui leur sont applicables et la loyauté de la communication.

Les logos privés offrent des critères de qualités beaucoup plus variables : si certains proposent de vraies chartes contraignantes à respecter, d’autres n’ont cependant pas cette vocation et sont simplement des pratiques commerciales bien souvent liées à des entreprises agro-alimentaires qui ont l’opportunité de mettre en avant leurs produits par des tests auprès des consommateurs.

Les labels officiels des pouvoirs publics, européens ou français

Ces labels attribués par l’Etat ou bien l’Union Européenne et sont les garants d’une qualité de production pour des produits qui respectent un cahier des charges de production strict.

Ils sont en lien avec un terroir notamment pour les labels AOP (Appellation d’Origine Protégée, label européen), AOC (Appellation d’Origine Contrôlée, label français équivalent à l’AOP, mais émanant de l’Etat français) et IGP (Indication Géographique Protégée) ou avec un mode de production traditionnel pour le label STG (Spécialité Traditionnelle Garantie). 

Ces labels pour être obtenus doivent faire la preuve de leur typicité et de leur caractère unique très souvent liés donc au terroir ou à la méthode de fabrication. Une fois le label obtenu, le produit est ainsi protégé contre toute contrefaçon et plagiat.

Il existe par ailleurs d’autres labels à côté de ceux qui sont très connus, le Certificat de Conformité (CCP) ou le fameux Label Rouge, tous les deux étant gages de qualité et répondant à des cahiers des charges stricts.

Enfin, l’agriculture biologique et raisonnée possède elle aussi ses labels, certains sont l’émanation des pouvoirs publics (Europe ou Etat français) ou bien d’organismes indépendants ayant leurs propres cahiers des charges et respectant les législations nationales ou européennes en vigueur au minimum.

Le label AB (Agriculture Biologique) est le label à la fois européen et français reconnu par les pouvoirs publics. 

logo AOC AOP

AOP (Appellation d’Origine Protégée) & AOC (Appellation d’Origine Contrôlée)

Créé en 1992, l’AOP est un label européen qualitatif qui protège le nom du produit concerné dans l’ensemble de l’Union Européenne.

Il désigne un produit dans une aire géographique donnée et des étapes de production bien définies, ce qui lui donne des caractéristiques propres.

Il est attribué aux produits qui font la démonstration d’une typicité et d’une originalité réelle, en général lié à un terroir délimité par une aire géographique de production et un savoir-faire unique, aussi bien sur le mode de production que d’élaboration.

Pour pouvoir obtenir une AOP, les règles de fabrication à respecter sont inscrites dans un cahier des charges auxquelles s’ajoutent des procédures de contrôle faites par des organismes indépendants afin de valider le respect des prés-requis d’élaboration.  

Son équivalent français est l’AOC (Appellation d’Origine Contrôlée), celui-ci constituant généralement la première étape vers l’AOP. Seuls les produits ayant pu bénéficier de l’AOC peuvent se voir gratifier du label AOP comme suite logique, c’est donc la condition préalable à son obtention.

Elaboré au départ pour garantir l’origine du vin, son champ d’application a été étendu aux produits agricoles ou alimentaires mais aussi aux produits forestiers et aux produits de la mer.

Si le produit se voit le bénéfice de l’AOP refuser par la Commission européenne, il perd celui de l’AOC qui lui a été reconnue.

L’INAO (Institut National de l’Origine et de la Qualité) est l’organisme français qui propose la reconnaissance de l’AOC aux pouvoirs publics.

L’ensemble des produits bénéficiant d’une AOC ont dû à partir de 1992 se faire homologuer pour prétendre à l’AOP. Seuls les vins ont pu garder leur AOC.

Depuis 2009, le logo européen AOP est obligatoire sur les emballages des produits bénéficiant du logo AOC français.

L’AOP et l’AOC protègent les produits de toutes contrefaçons dans l’ensemble de l’Union Européenne. 

 Il existe environ 425 AOP sur l’ensemble du territoire français.  

logo IGP

IGP (Indication Géographique Protégée)

 Crée lui aussi en 1992, ce label européen valorise les produits agricoles et les denrées alimentaires dont les caractéristiques et les typicités sont directement liées à un territoire ou une zone géographique particulière. Il faut pour que ce label soit obtenu que la production soit absolument réalisée sur une aire géographique donnée, les phases de transformation ou d’élaboration quant à elles peuvent l’être en partie mais ce n’est pas une obligation absolue.

Ce label protège ainsi les produits issus d’un terroir et les garantissent de toutes contrefaçons portant le même nom mais produites hors des zones concernées.

On recense 196 IGP en France, produits agricoles et vins confondus.

logo stg

STG (Spécialités Traditionnelles Régionales)

 Ce label européen met à l’honneur le savoir-faire local et les traditions attachées à la production d’un type de produit donné. Il met en avant le mode de production traditionnel ainsi que la composition elle aussi traditionnelle des produits concernés.

Ce label garantit qu’un produit alimentaire a été fabriqué selon une recette considérée comme traditionnelle. Il consacre une recette plus qu’une origine géographique particulière.

Une cinquantaine de produits ont été enregistrés au niveau communautaire, la mozzarella italienne et le jambon Serrano espagnol ou les moules de bouchot françaises en sont quelques exemples.

Label rouge

Label Rouge

Ce label est un signe officiel des pouvoirs publics français, créé en 1960 sous l’impulsion de professionnels, homologué par l’INAO. Il atteste de la qualité supérieure d’une denrée alimentaire ou d’un produit agricole non alimentaire et non transformé par rapport à des produits similaires et doit répondre à un cahier des charges strict aussi bien au niveau de sa production que de son élaboration.

Un organisme certificateur indépendant et impartial justifiant de ses compétences et de son efficacité sur les contrôles est chargé de faire respecter ce cahier des charges.

Il existe à ce jour plus de 400 labels rouges homologués par les pouvoirs publics, concernant les volailles, les viandes, les charcuteries, les produits laitiers, les produits de la mer, les fruits et légumes, les boissons, le miel mais aussi le sel ainsi que quelques produits non alimentaires et non transformés (gazon, fleurs).

 logo CCP

La CCP (Certification de Conformité)

La CCP est un label synonyme de valorisation de la qualité : le produit est porteur de signes distinctifs quant à la qualité et à l’origine des produits. Créée en 1988, cette démarche peut être le fait d’individus seuls ou bien émaner de groupements de professionnels. Ce n’est cependant que depuis 2008 qu’elle possède un logo officiel utilisable par les détenteurs du label pour se distinguer.

Un cahier des charges précise les mises en œuvre et les prés-requis nécessaire à la certification, validés par les Ministères de l’Agriculture et de la Consommation.

Les contrôles qualité sont effectués par des organismes certificateurs eux-mêmes agréés par un organisme accréditeur reconnu par les pouvoirs publics français.  

Cette certification se doit d’apporter une amélioration sur au moins deux caractères spécifiques mesurables et quantifiables par rapport à un produit identique ne possédant pas la certification sans pour autant garantir une qualité supérieure.

Il y a en France à peu près 280 cahiers des charges de certification homologués concernant aussi bien des viandes que des volailles, lapins, fruits et légumes, céréales, poissons et aquaculture, miels, boissons, produits de charcuterie, semences et plants…

logos bio

AB (Agriculture biologique)   

Ce label garantit un mode de production respectueux de l’environnement et du bien-être animal avec un cahier des charges stricts qui interdit l’utilisation des produits de synthèses (pesticides et engrais chimiques non naturels) et des OGM aussi bien dans les modes de production que de transformation. Il est entendu que les produits concernés par cette certification tendent à un système de production en faveur d’une agriculture durable, notamment par l’amélioration de la qualité du sol, de l’eau, des végétaux et des animaux pour favoriser la biodiversité naturelle. Des conditions d’élevage sont de plus imposées aux agriculteurs pour garantir le bien-être des animaux (parcours extérieurs, espace suffisant dans les bâtiments agricoles, nourriture adaptée, etc.).

Il certifie qu’au moins 95% des ingrédients constitutifs d’un produit sont issus de l’agriculture biologique.

Les organismes certificateurs agréés par l’INAO répondent à des critères d’indépendance, d’impartialité et de compétences. Ils sont au nombre de huit sur le territoire national : Ecocert, Agrocert, Certipaq, Bureau Véritas Certification, Certisud, Certis, Bureau Alpes Contrôles et Qualisud.

Afin que le consommateur puisse reconnaitre les produits de l’agriculture biologique, il existe deux logos, l’un européen (l’euro feuille) qui est obligatoire depuis le 1er juillet 2010 et un national (le signe AB). Ce dernier, appartenant au Ministère de l’Agriculture, n’est pas obligatoire à l’inverse de celui européen.

A noter que la législation française est plus stricte que celle européenne pour l’obtention de ce label qualité.

Les mentions valorisantes

Les labels ne sont pas les seules valorisations des produits qui existent, le Code rural et de la pêche maritime mentionne un certain nombre de mentions valorisantes qui n’ont pas la même portée que les labels cités précédemment, mais permettent de mettre en avant les produits d’une autre manière.

logo produit de montagne

La dénomination «montagne»

Cette dénomination peut être obtenue à des niveaux différents :

Depuis le 3 janvier 2013, il existe une mention Produits de Montagne qui émane de l’Union Européenne, pour laquelle il n’est pas nécessaire de demander une accréditation. La mention Produits de Montagne peut donc être apposée sans autorisation préalable.

A côte de la mention européenne, il en existe une nationale pour laquelle il faut demander une autorisation préfectorale pour pouvoir s’en réclamer.

Le qualificatif «fermier» ou la mention «produit de la ferme» ou «produit à la ferme»

Ces mentions sont encadrées par des règlementations européennes encadrant notamment les fromages et spécialités fromagères ainsi que les produits de salaison et de charcuterie.

Pour pouvoir en bénéficier, les produits concernés doivent obligatoirement faire la preuve d’un circuit intégré à la ferme, avec des méthodes de productions traditionnelles et des produits issus en majorité de l’exploitation agricole.

Les logos privés, associatifs ou commerciaux

Les labels reconnus par les pouvoirs publics et l’INAO ne sont pas les seuls à exister, il y en a bien d’autres qui sont présents sur nos étals.

Ils ont pour origine des associations, des rassemblements interprofessionnels, des entreprises de l’agro-alimentaire…

Les buts ne sont pas toujours les mêmes selon le type de structures qui pilotent les logos, certains sont pour une amélioration de la qualité, d’autre pour une production durable alliée à une consommation raisonnée alors que d’autres encore sont simplement dans un démarche strictement commerciale fondée uniquement sur l’opinion des consommateurs.

Les conditions imposées pour obtenir ces logos sont donc grandement variables, pouvant parfois être plus strictes que les labels officiels des pouvoirs publics, étant d’autres fois simplement subordonnées à la capacité de payer de l’entreprise qui souhaite l’obtenir. 

Logo nature et progrès

Nature et Progrès

 Reconnu par la législation européenne, ce label regroupe sous son nom une fédération d’agriculteurs et de consommateurs travaillant ensemble à la promotion de l’agriculture biologique.

Il indique que la production suit un cahier des charges précis, avec notamment le respect de l’environnement, de la biodiversité et de la saisonnalité entre autre.

Les contrôles sont faits d’une part par des organismes indépendants accrédités et par Nature et d’autre part par Progrès lui-même.

logo Demeter

Démeter

Ce label bio est attaché à un organisme de contrôle et de certification de l’agriculture biodynamique sur le territoire français. Il met en avant et se réfère aux travaux sur l’anthroposophie de Rudolf Steiner sur la manière de cultiver ou produire en respectant les sols, les cycles naturels de pousse ou d’élevage, les moments les plus adaptés pour planter…

Un cahier des charges strict établi au niveau international encadre le label et des contrôles réalisés tous les ans permettent de valider ou d’invalider le cas échéant l’apposition du label.

Ce label est à priori plus contraignant pour ceux qui y prétendent que les autres labels ou certifications bio, le principe de la biodynamie étant un palier supérieur dans la difficulté à l’obtenir.

Il est un garant de qualité indéniable.

Les labels » indépendants et privés « Nature et Progrès » et « Démeter  ne sont pas les seuls à exister pour les produits bios, d’autres sont aussi présents sur le marché, tel Bio Equitable par exemple. 

logo fairtrade

Faitrade/Max Havelaar   

C’est un label international de commerce équitable qui regroupe des ONG et des représentants de producteurs issus de l’hémisphère sud. Il garantit que le produit a été acheté à un prix décent aux producteurs et élaboré dans des conditions respectueuses des droits de l'Homme et de l'environnement.

logo viandes de france

Viande de France

En 2014, les professionnels des filières viandes françaises ont lancé cette appellation, afin d’avoir une meilleure traçabilité de la viande et de garantir une origine française et une qualité. 

L’apposition de ce logo certifie que la viande qui en bénéficie provient d’animaux nés, élevés, abattus, découpés et transformés en France. Il garantit d’autre part, un mode de production respectueux de l’environnement, un bien-être animal et une alimentation saine et durable. Il n’est cependant pas assuré que les pesticides et les OGM ne soient pas utilisés dans ces processus de production.

Il concerne 10 viandes différentes : porc, volaille, lapin, veau, bœuf, cheval, mouton, agneau, chèvre, chevreau.

Le logo VBF (viande bovine française) plus ancien est compris dans le logo Viande de France par extension.

Logo bleu blanc coeur

Bleu blanc cœur

Ce logo concerne essentiellement les produits d’origine animale, lait, fromages, œufs, viande et charcuterie. Il apporte comme garantie pour la santé un meilleur équilibre oméga 3 et oméga 6 grâce à une alimentation animale riche en herbe et luzerne notamment.  Pour autant, les produits ne sont pas garantis sans OGM ou pesticides.

logo origine france

Origine France garantie

Les produits pouvant utiliser ce logo doivent être issus pour au moins 50% du territoire français et leur prix de revient unitaire doit lui aussi être français pour au moins 50%.

Il ne présume en rien cependant de la qualité des produits.

Logo MSC

Marine Stewardship Council (MSC)

Ce logo est dédié à la pêche et assure une certification de labellisation à propos de la pêche durable. Seul écolabel reconnu par les instances internationales à propos des bonnes pratiques de pêche, il est cependant controversé par des ONG, qui trouvent que l’organisme est responsable de la surpêche de certaines espèces de poissons et de la labellisation MSC de certaines pêcheries industrielles ne respectant pas les critères de durabilité reconnue, le tout à cause d’une gestion trop laxiste des conditions d’obtention du log.

Il reste cependant à l’heure actuelle, le meilleur logo référent pour avoir une information sur le poisson que l’on consomme au niveau international.

Logo pavillon de France

Pavillon France

Ce logo a vu le jour suite à l’initiative de l’interprofession des acteurs nationaux de la pêche, pour les poissons mais aussi les coquillages et crustacés. Il rassemble l’ensemble de la chaine, du pêcheur producteur à la commercialisation, et il entend mettre en avant et favoriser une pêche durable française.

Pêche par un bateau battant pavillon français, respect d’un cahier des charges, respect de la règlementation, étiquetage sont les conditions nécessaires pour pouvoir arborer le logo.

logo produit de l'année

Elu Produit de l’année

Les produits ayant ce logo apposé sur leur emballage sont élus par un jury de consommateurs suite à des tests sur des critères commerciaux, ils ne reflètent en aucune manière l’appartenance à une charte de qualité ou le suivi d’un cahier des charges spécifiques, et n’apporte donc aucune garantie de qualité pour la santé ou la consommation.

Les entreprises voulant bénéficier de ce logo doivent payer pour avoir le droit de l’utiliser.

Logo saveur de l'année

 Saveurs de l’année

Très souvent mis en avant à la télévision, ce logo est attribué à un produit d’après des sondages effectués auprès d’un échantillon représentatif de la population. Cette démarche est à l’initiative de laboratoires privés, aucun cahier des charges relatif à la qualité n’est demandé. Il n’a donc pas un caractère de certification officielle, seuls les fabricants ayant payés peuvent concourir pour avoir l’opportunité de voir leurs produits crédités de ce label. 

Les logos régionaux

 Il existe par ailleurs de nombreux logos régionaux liés à une production et une commercialisation locale. A l’heure où la tendance et au consommer local et aux pratiques locavores, ils sont une bonne alternative à la consommation de masse, sans pour autant préjuger de la qualité réelle des produits concernés.

Article écrit par

Amande (Admin)

 

Liste des contributeurs

Publicité